S'il y a une chose que je vous encourage constamment à faire, c'est de passer à l’acte dans votre vie comme dans votre entreprise. Pensez-y : si vous ne prenez pas action de façon constante, comment pouvez-vous espérer des résultats?

Ai-je raison?

Ceci dit, j'espère que vous ne pensez pas que j’ignore ce qu'est la procrastination. Pour être complètement honnête, j'ai décidé d'écrire sur ce sujet après avoir passé 15 minutes assise dans ma voiture, faisant défiler mon fil Instagram au lieu de rentrer et de me mettre au travail... Alors oui, je connais bien le phénomène!

La bonne nouvelle est que je procrastine 90% moins souvent que je le faisais auparavant et quand je procrastine, j'ai mis au point des mécanismes pour soit pousser à travers ou l’accueillir.

Oui, vous avez bien lu : je viens de dire que parfois, j’accueille la procrastination… À bras ouverts!

Pourquoi? Parce que j'ai découvert que la procrastination est souvent un symptôme d'autre chose, un signal pour aller plus loin et écouter ce que votre petite voix intérieure (généralement très sage) a à dire.

Dans le cadre du blogue d'aujourd'hui, j'ai pensé partager avec vous le « processus en trois étapes » que j'utilise lorsque je commence à procrastiner sur une tâche ou une situation dans ma vie ou mon entreprise.

1) Reconnaitre la situation :
D'abord, j'arrête immédiatement de faire ce que je suis entrain de faire et je reconnais ouvertement que je procrastine. (Remarque: la procrastination peut prendre de nombreuses formes et se faufiler dans votre quotidien quand vous vous y attendez le moins, donc il est important d’être vigilant. Pour un en savoir plus la procrastination et comment il s’agit d’une des plus des formes les plus vraies de résistance, je recommande le livre de Steven Pressfield "La guerre de l’art”, que je relis chaque année.)

2) Questionner la vraie raison sous-jacente :
Une fois que j'ai reconnu que je procrastine, je ne me culpabilise pas parce que cela ne servirait à rien. Je me demande plutôt pourquoi je procrastine et j'écoute attentivement les réponses qui me viennent à l'esprit. Je m’oblige à être brutalement honnête en me demandant « quoi d'autre? » et j’écris les réponses dans mon journal.

3) Agir ou changer de direction :
Maintenant que je sais exactement ce qui m'empêche de faire ce que je "devrais" faire, je suis dans une meilleure position pour prendre une décision éclairée quant à ce que je vais faire ensuite.

OPTION A : Si je réalise que ma procrastination est un symptôme d’inconfort, de peur et de doutes envers moi-même, je sais que cela ne me sert pas. Je m’engage alors à prendre une décision, aussi minuscule soit-elle. Prendre une décision simple améliorera votre confiance en vous. Par exemple, quand je procrastine sur l'écriture d'un blogue (comme celui-ci), je prends souvent la décision consciente de commencer par rédiger la partie médiane de mon texte, suivie de la conclusion puis de l'intro. De cette façon, je ne reste pas coincée à essayer d’imaginer comment commencer. J’écris, sans jugement.

OU

OPTION B : Si je me rends compte que ma procrastination est là pour m’indiquer que ce que j'avais prévu ne correspond simplement pas à ma vision, et à ce que je considère important pour moi et mon entreprise, alors je prends le temps de revoir mes objectifs trimestriels et je prends une décision consciente soit de m'en tenir au plan ou de changer de direction.

Bien que le plus souvent, « passer à l’acte » ou pousser à travers la résistance est ce qui doit être fait, si nous voulons avoir une vie épanouissante et une entreprise durable, les raisons qui nous poussent à procrastiner méritent amplement d’être questionnées.

J'espère que les étapes que j'utilise pour vaincre la procrastination vous aideront la prochaine fois que vous serez bloqué et que vous vous sentez que vous ne pouvez pas avancer, que ce soit du côté des affaires ou du côté de la création.

Que vous décidiez de d’agir ou de changer de direction, l'important est de continuer à d’avancer!

Comme toujours, j'aimerais vous lire! Qu'est-ce que vous remettez à plus tard? Est-ce dans votre entreprise ou dans votre vie personnelle? Voyez-vous cela comme une forme de résistance / peur de ce qui pourrait arriver ou est-ce un symptôme que quelque chose ne va pas et que vous devriez changer de direction ?

Racontez-moi tout dans la section des commentaires!

Comment